Les hauts et les bas de l’ARJEL